samedi 27 février 2016

Urbain Tessier,fils deJacques Tessier et Marie Adhémar

Au Canada, la majorité des esclaves fut d’origine non pas africaine mais bien amérindienne.  Les populations autochtones avaient coutume d’asservir des prisonniers de guerre avant l’établissement des Français, mais cette réalité prend de l’ampleur avec l’expansion vers l’ouest. À compter des années 1670, les Français reçoivent de leurs partenaires autochtones des prisonniers en gage d’amitié, au cours d’échanges commerciaux ou diplomatiques.  Les Illinois étaient particulièrement reconnus pour les raids qu’ils menaient contre les nations du sud-ouest dont ils ramenaient des captifs.  La pratique d’acheter et de vendre ces prisonniers comme de la marchandise s’installe dès le début du XVIIIe siècle. (www.museedelhistoire.ca)

Le nouveau né que baptise le sulpicien Léonard Chaigneau, le 8 avril 1711, n'hérite pas du nom de son aïeul Urbain, mais plutôt de son parrain Urbain Gervaise.  Fils de Jacques Tessier et de Marie Adhémar.  petit-fils d'Urbain Tessier et du notaire Antoine Adhémar.  La marraine est Anne-Geneviève Lemire, sa tante. 

Urbain épouse Jeanne Décary le 12 janvier 1750, mais leur union sera courte, elle meurt le 7 décembre 1755.Elle n'a fait que 3 accouchements, dont seule une fille survivra: Jeanne. A noter, que Jeanne au décès de son père,continuera à gérer l'affaire familiale.  Urbain se remarie 6 ans plus tard, le 23 décembre 1761, à Montréal, avec Françoise Trudeau, qui accouche d'un enfant mort-né 8 mois plus tard.

Durant son existence, Urbain Tessier est un riche négociant en pelleteries, il fait le commerce dans la rue St-jacques, proche de l'église Notre-Dame et de la Place d'Armes.  Dans la vingtaine, il effectue plusieurs voyages vers Michillimakinac, ce qui lui permet d'amasser assez d'argent pour acheter une maison et se lancer en affaires.

Urbain Tessier commerce les fourrures au poste de Michillimakinac et ailleurs dans les autres postes de traite des pays d'en Haut avec les tribus sauvages.  Le 25 septembre 1740, une indienne chicachias, âgée de 7 ans, ramenée de voyage, est baptisée à Montréal, elle s'appelle Marie.

Neuf ans plus tard, au poste de Michillimakinac, un autre enfant indien esclave d'Urbain Tessier, prénommé Antoine, est baptisé le 17 juillet 1749, il est âgé de 15 ans.  Suffisamment instruit et malade, Antoine portera le nom de famille de son
maître Urbain Tessier dit Lavigne.  Antoine "Tessier dit Lavigne" est un indien chicacchias ramené des pays d'en Haut.

Les Français et leurs enfants nés "canadiens" ont ramenés de nombreux indiens vers Montréal lors de leurs voyages dans les pays d'en Haut(il s'agit ici des terrritoires de l'Illlinois, du Michigan et de la Louisiane)pour en faire des esclaves où des domestiques.

Les 2 enfants ont adoptés le nom de leur nouveau maître, TESSIER dit LAVIGNE.

Malheureusement, il sort grandement appauvri de la conquête anglaise de 1760 puisque la France refuse de rembourser la monnaie de papier aux habitants de Montréal.

«Le 7 may 1779 par nous prêtre soussigné a été inhumé dans le cimetière proche de l'église le corps de Sieur Urbain Tessier Lavigne décédé d'avant-hier au lieu âgé d'environ 74 ans».
Signature: François-Xavier DÉZÉRY, sulpicien prêtre-curé de la paroisse
Témoin: Claude PONCIN, sulpicien


(Source PRDH; Institut généalogique Drouin, Montréal 1779, page 166; Parchemin)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire