jeudi 13 septembre 2018

Gilles LAUZON

  Gilles LAUZON, né dans la paroisse de Saint-Julien à Caen, en Normandie, le ...., fils de Pierre Lauson et d'Anne Boivin.

Embarqué sur le Saint-Ncolas à Saint-Nazaire, le 20 juin 1653, il arrive en Nouvelle-France fin août avec la grande recrue levée par Paul Chomedey de Maisonneuve.

il vient s'installer comme maître-chaudronnier à Montréal. Pour bien s'enraciner, il achète la petite maison d'Urbain Tessier dit Lavigne, en 1655.  Celle-ci surnommée "vuide-bouteille" car ayant mauvaise réputation....
Le 27 novembre 1656, il épouse Marie-Anne Archambault, fille de Jacques Archambault et de Françoise Tourault, à Notre-Dame de Montréal.  La mariée n'a pas encore 13 ans!

Il s'enrôle en 1663 dans la milice de la Sainte-Famille, comme ses beaux-frères Gervaise et Tessier, et occupe en 1670 la charge de marguiller de la paroisse Notre-Dame de Montréal.

Marie-Anne meurt en 1685, Gilles Lauzon en 1687.




mercredi 12 septembre 2018

Jean GERVAISE

Il fait partie de la grande recrue de 1653.  Boulanger de métier, premier marguiller de Montréal et subsitut du procureur fiscal, Jean Gervaise a l'avantage d'être instruit afin d'occuper quelques fonctions dans la petite communauté montréalaise.

Né le 24 mars 1616 à Souvigné, dans le département de l'Indre-et-Loire, fils d'urbain Gervaise et de Jeanne Pébise, Jean Gervaise avait 37 ans lors de sa venue au Canada.
Dès son arrivée à Montréal, le gouverneur de l'île, Paul Chomedey de Maisonneuve, lui concède une terre de 30 arpents où il construit en 1654 une maison  ayant pignon sur la rue Saint-Sulpice.

Le 3 février 1654, il épouse Anne Archambault, dont le mariage avec Michel Chauvin, le bigame, a été annulé 3 ans auparavant par les autorités.  

Il est choisi parmi les trois premiers marguillers de Montréal en 1657.

Lors du recensement de 1666, il est déjà propriétaire terrien respecté. il possède 8 bêtes à cornes et a déjà mis 70 arpents de sa terre en valeur.

Durant 15 ans, de 1674 à 1689, il occupe la fonction de juge dans la communauté.  Il consacre la majeure partie de sa vie à l'exercice de la justice et des vertus familiales.

En 1683, il s'associe avec ses beaux-frères, Urbain Tessier et Gilles Lozon, pour bénéficier d''un marché de soins médicaux  auprès du maître-chirurgien Étienne Bouchard.


Le 12 mars 1690, il décède subitement, âgé de 74 ans.  Sa femme, Anne, meurt 19 ans plus tard, inhumée dans le second cimetière de Montréal.

mardi 11 septembre 2018

Laurent ARCHAMBAULT

Laurent Archambault est le fils de Jacques Archambautl et de Françoise Tourault, du hameau de l'Ardillière, proche Saint-Xandre, dans le département de Charente-Maritime.  Il nait le 10 janvier 1642, et est baptisé dans l'église Saint-Pierre-aux-Liens à Dompierre-sur-Mer.

Âgé de 4 ans lorsqu'il arrive à Québec avec sa famille. 

Le 7 janvier 1660, il épouse Catherine Marchand, fille de Pierre Marchand et de Geneviève Lépine, dans l'église Notre-Dame de Montréal.  

Il exerce le métier de charpentier, comme ses beaux-frères Paul Chalifou et Urbain Tessier!  

Il décède le 25 février 1730 à la Pointe-aux-trembles, sur l'île de Montréal.  Sa femme, Catherine, le suit dans la mort deux mois plus tard, le 19 avril.

Denis ARCHAMBAULT

Denis Archambault, fils de Jacques Archambault et de Françoise Thourault, du hameau de l'Ardillière,  nait le 12 septembre 1630.  Il est  baptisé sans tarder dans l'église Saint-Pierre-aux-Liens à Dompierre-sur-Mer, dans le département de la Charente-Maritime.

La famille Archamabult arrive à Québec durant l'été 1646.
Jacques, sa femme Françoise, et leurs 6 enfants(Laurent,Denis, Anne, Marie, Marie-Anne, Louise et Jacquette). À partir de 1650, les Archambault viennent s'établir sur l'île de Montréal.

Le 26 juillet 1651, les Iroquois au nombre de 200 se lancent à l'attaque de l'hôpital de Montréal défendu par les miliciens français.  Raphaël-Lambert Closse et 16 hommes, dont Urbain Tessier,  repoussent les assauts des assaillants durant plus de 12 heures.  Alors que les Iroquois récupèrent les corps morts et des blessés, les Français déplorent une seule perte de vie, celle de Denis Archambault tué, lorsque la pièce de canon à laquelle il s'apprêtait à mettre le feu lui a explosé en plein visage!



lundi 10 septembre 2018

Michel CHAUVIN

Michel Chauvin nait le 14 janvier 1612 à Sainte-Suzanne, une commune proche de Laval, dans la Mayenne.  Fils de Gabriel Chauvin et de Marie Drouard.
En 1644, il signe un engagement d'un durée de 5 ans pour venir au Canada.
Il s'embarque sur Le Notre-Dame et met le pied à terre vers la fin août  à Québec.
Le 27 juillet 1647, il épouse Anne Archambault, fille de Jacques Archambault et de Françoise Thourault, dans l'église Notre-Dame de Québec.
Un premier enfant nait en 1649, Paul, qui ne survit que quelques jours.
Entre 1648 et 1650, Michel Chauvin reçoit une concession de terre à Montréal.
Il y construit une maison, voisine de celle d'Urbain Tessier dit Lavigne, laquelle sera incendiée par les Iroquois.

Toutefois, à l'automne 1650, Michel Chauvin est convoqué dans la maison du gouverneur Paul Chomedey de Maisonneuve pour répondre d'une accusation de bigamie! Un autre citoyen de Montréal, de retour d'un voyage en France, le dénonce d'avoir laissé derrière lui une épouse légitime après l'avoir dépouillée de tous ses avoirs et ses biens pour venir en Nouvelle-France.

Le 8 octobre 1650, devant Jean de St-Père, greffier de justice à Ville-Marie, Michel Chauvin reconnait et confesse de sa pure et franche volonté, sans aucune force ni contrainte, en présence du Père Pijart, curé de Ville-Marie, Monsieur de Maisonneuve et Gilbert Barbier, qu'en effet il avait épousé Louise Delisle, en France, sept ans avant qu'il partit pour le Canada.
Condamné à verser une somme d'argent à Anne Archambault, dont le mariage est annulé, Michel Chauvin prend la fuite vers Québec, deux jours plus tard, le 10 octobre, et profite du retour d'un navire qui met la voile pour repasser en France. 

Les autorités locales procèdent à une vente aux enchères des biens et meubles de Michel Chauvin, le 8 février 1651, afin de dédommager Anne Archambault, enceinte de 7 mois.




 

Paul CHALIFOU

Paul Chalifou, nait le 26 décembre 1612 à Périgny, une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime, proche de La Rochelle.
Il est baptisé le 30 décembre suivant au temple protestant de La Rochelle.  Fils de Mathurin Chalifou et de Marie Gabory.

Vers 1627-28, il abjure le protestantisme pour devenir catholique.  Dès l'âge de 15 ans, Paul apprend le dur métier de charpentier.

Le 10 avril 1644, il épouse Marie Jeannet dans la petite église Sainte-Marguerite à La Rochelle.
Un accouchement diffcile le 5 juin 1645 emporte dans la mort Marie Jeannet, ainsi que le bébé, 3 jours plus tard.

Soupçonné de fraude et de contrefaçon, le 1er mai 1647, il est incarcéré dans les prisons de la conciergerie du Palais royal de La Rochelle.
Les sergents appliquent un arrêt de la cour des Monnaies de Paris contre Paul Chalifou.  On ne connait pas la nature exacte des accusations contre lui. 

Sorti de prison avant le 10 mai 1647, il s'embarque, quelques jours plus tard,  sur un navire en partance pour la Nouvelle-France.  Il met le pied à Québec vers la fin août 1647 puisque dès la mi-septembre il s'engage à construire une maison pour le compte de M. François de Chavigny

Le 28 septembre 1648, il épouse Jacquette Archambault, fille de Jacques Archambault et de Françoise Thourault, à Notre-Dame-de-Québec.  Mariage double ce jour-là alors que la soeur de Jacquette, marie épouse Urbain Tessier dit Lavigne.

En 1652, il obtient une concession dans la seigneurie de Notre-Dame-des-Anges à Québec.
Entre 1648 et 1671, Paul Chalifou, habile charpentier et maître-d'oeuvre, se voit confier de nombreux contrats dans la colonie tant pour construire des maisons ou un moulin à vent.
La famille Chalifou, en 1675 se compose de 3 garçons et 7 filles. 
Paul Chalifou décède le 27 décembre 1678.  Jacquette Archambault, sa femme, meurt le 17 décembre 1700. 







samedi 28 juillet 2018

Un solide gaillard

 Urbain TESSIER La VIGNE est un solide gaillard de 39 ans en 1661.
Au début de sa captivité chez les Onnontagués(Iroquois), il est sûr qu'il passe au poteau de torture où on le brûle et où on lui arrache un doigt, mais selon toute vraisemblance, il est adopté par une femme iroquoise, ce qui lui sauve la vie.


Tel que relaté dans le journal des Jésuites(Ed. Twaites, 202), il s'agit sans l'ombre d'un doute d'Urbain Tessier.  
''Un d'eux, avant l'arrrivée du missionnaire, le Père Lemoyne, se laissant aller au mauvais exemple, était tout prêt de s'abandonner au vice, et d'embrasser la vie de sauvage, ayant déjà lié partie avec quelques iroquois pour les accompagner en guerre; il est vrai que Dieu le retenait toujours par la main, disons plutôt par un doigt, qui lui ayant été coupé au commencement de sa prise, ne se guérissait point''.